La pression des parents

13 Mar 2022

Disclaimer : je suis une maman, je ne suis pas parfaite. Les lignes que j’écris ci-dessous s’adressent d’abord à moi-même. Ce ne sont que des réflexions, en rien un mode d’emploi.

Voilà 3 mois que j’accompagne les jeunes dans leur orientation et je me rends compte de plus en plus que les parents aussi ont besoin d’être aidé. Souvent durant la première rencontre, je ressens leurs peurs et leurs angoisses, plus que celles de leur enfant.

J’ai réuni ci-dessous des pensées qui me sont venues à l’issue des séances, des idées que l’on m’a partagées, d’autres que j’ai lues. J’espère qu’elles vous aideront à y voir plus clair sur l’orientation de vos enfants.

  1. Il y a un seul parcours pour réussir

Nous avons tous en tête un parcours pour notre enfant. Nous nous sommes peut-être imaginés qu’il fera des études longues ou au contraire que l’université ce n’est pas pour lui. Cela est dû à notre éducation et à nos croyances. Notre famille, nos amis, notre cercle social créent aussi une certaine pression… « Ah ton fils fait une fac de psycho, dis donc y a pas beaucoup de débouchés… » « Elle fait un BTS ? Avec des parents comme vous ? Elle n’aurait pas pu faire une prépa » « C’est important de garder des spécialités scientifiques pour se laisser des portes ouvertes ».  Toutes ces remarques souvent faites avec gentillesse nous font douter et nous apportent encore plus de stress sur le «bon choix ».

Tous les enfants ne fonctionnent pas de la même façon. Tous les enfants ne sont pas faits pour réussir un bac Maths/Physique +prépa+ école d’ingénieur. Notre objectif de parent n’est pas de créer un enfant « parfait » mais plutôt de l’aider à comprendre qui il est. Et ce n’est pas simple. Vraiment. Car cela veut dire accepter de voir son fils ou sa fille se tromper, de ne pas utiliser tout son potentiel alors qu’il pourrait tellement « mieux faire ». Il est important de se dire que ces accidents font aussi partis de l’apprentissage. Et se dire aussi qu’un parcours « parfait » ne garantit en rien une vie « parfaite »  😊

Alors on accepte que notre enfant fasse 4 premières années dans des études différentes ? Je pense qu’il faut trouver un juste milieu. Vous avez sûrement un budget études supérieures et il n’est pas extensible. Si votre enfant est perdu, il est peut-être intéressant de faire une pause. Il n’y a aucune obligation de finir ses études avant 23 ans. En revanche, vous n’avez aucune obligation de financer les années de réflexion non plus. Et parfois un passage par la réalité de la mise en rayon, du travail à la chaine, des levers matinaux et des conditions de travail compliquées par exemple peut permettre de grandir et de prendre des décisions plus sereines.

2- Ne pas transmettre sa peur.

93,8% des élèves de terminale ont eu leur bac en 2021. En 2020, 87,1% des candidats Parcours Sup ont reçu une ou plusieurs propositions d’admission. Il est donc quasiment certain que votre enfant trouvera une formation. Est-ce que cette formation lui garantira un emploi ? Je ne le sais pas. Mais s’en inquiéter outre mesure dès le lycée ne changera pas la probabilité et ne garantira en rien la signature d’un CDI.

Il en est de même pour les bonnes notes. Certains de nos enfants sont autant accros à Pronote qu’à TikTok. La pression des professeurs et des camarades est suffisante. La notre n’est pas forcément nécessaire. On oublie parfois qu’une note sert à évaluer un travail à un instant donné et non pas la valeur d’une personne qui a évolué. Alors est ce que cela veut dire qu’on ne regarde même plus le bulletin ? Non. Pas du tout. Mais plutôt que de juger une mauvaise note, ou de récompenser une bonne note, il peut être préférable de discuter et de chercher à comprendre, et de responsabiliser.

Certains de mes étudiants ont un objectif de moyenne de 10. Ils n’obtiendront jamais 16. D’autres passent des heures de travail inefficaces et ne comprennent pas que leur travail ne porte pas ses fruits. En demandant de l’aide, en changeant de méthode, les résultats s’améliorent souvent. Mais ces décisions ne sont pas celles des parents, ce sont celles de votre enfant. Peut-être qu’une mauvaise moyenne fermera certaines portes. D’autres restent ouvertes quand même.

3- S’intéresser à l’orientation ce n’est pas s’angoisser à propos de l’orientation.

L’orientation est un sujet important de la vie de votre ado mais il n’est pas le seul. Aborder la question de l’orientation régulièrement lors de conversations, parler de vos expériences, discuter des métiers des autres, prendre le temps d’écouter et d’échanger, prendre des moments pour lui, sans faire autre chose pour mieux le comprendre.  Voilà autant de pistes qui peuvent vous permettre d’aborder la question de manière plus sereine. Observer aussi. Quels sont les moments où votre ado est dans l’action et il est vraiment heureux ? Qu’est-ce que cela vous apprend sur lui. Qu’est ce qui le motive ? Qu’est ce qui le freine ? Se demander de quoi il a envie plutôt que ce que vous attendez de lui ou pour lui.

Et peut-être que son choix n’est pas le vôtre, car son parcours n’est pas le vôtre. Accepter son enfant comme il est n’est pas toujours chose simple car nous avons tous nos attentes. Pourtant, au final, nous sommes tous convaincus que le plus important c’est qu’il soit épanoui. Alors mettons nos principes en action. Sincèrement.

L’objectif est de le guider, de lui permettre de devenir un adulte épanoui et pas de faire à sa place. Et d’accepter aussi que ce n’est pas simple pour lui de savoir ce qu’il veut.

Nos enfants ont peur, consciemment ou inconsciemment, de nous décevoir. Ils sont adolescents et cherche à définir qui ils sont, très souvent en étant en opposition au modèle qu’on leur a transmis mais sans encore savoir quel est le modèle qui leur convient.

La décision d’orientation peut être effrayante et dans ce cas, la procrastination prend le relai. On verra bien ce qu’il va se passer. C’est frustrant mais c’est normal.

4- Prendre du recul et du temps

Je suis convaincue que préparer l’orientation se fait sur plusieurs années. La seconde est pour moi une bonne année pour commencer. Définir des domaines en faisant des recherches, des rencontres, des stages. L’année de seconde est la dernière année sans réelle échéance. Autant en profiter. Et ensuite, se dire que tout va bien se passer et qu’il y aura une formation qui correspondra à votre enfant, tel qu’il est, car la palette d’offres est large. De plus aujourd’hui, les passerelles sont nombreuses et il est possible d’envisager un parcours en plusieurs étapes.

N’oublions jamais que nous sommes la moyenne des 5 personnes qui nous entourent et que nous sommes une des personnes les plus importantes de l’entourage de notre enfant. Comme je le disais dans cet article, il est important de prendre du recul et de se demander de quelle manière nous les influençons. Nos intentions sont les bonnes, mais si notre manière de faire ne porte pas ses fruits, avant de demander à nos enfants de changer, commençons par voir ce que nous pouvons changer.

Si tu veux d’autres conseils sur ton orientation, tu peux me suivre sur instagram ou encore mieux, t’abonner à ma newsletter pour recevoir des invitations à mes ateliers gratuits sur zoom.

Si tu as besoin d’un coup de main pour trouver ta voie ou préparer ton orientation postbac, viens faire un tour sur mon site.

Laissez-moi un petit commentaire

1 commentaires

1 Commentaire

  1. ARNAUD

    Merci Corine, article très instructif ds lequel je me retrouve. Le relire régulièrement pour prendre le recul nécessaire et ne pas stresser les enfants plus qu’ils peuvent l’être déjà, et se destresser soi même.
    et c’est vrai que le “parcours parfait” n’est pas un gage de vie parfaitement épanouie.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ça pourrait vous intéresser également

TROUVER SON stage de seconde en 5 étapes (EPISODE 47)
TROUVER SON stage de seconde en 5 étapes (EPISODE 47)

Faire un stage en seconde est pour moi une belle opportunité, trouver son stage n'est pas simple. Il faut à que tu te sois préparé. Si tu ne trouves pas tu peux aussi faire un SNU ou un stage linguistique, mais pourquoi ne pas essayer de faire une expérience en...

Quel metier quand on veut aider les autres ? (episode 44)
Quel metier quand on veut aider les autres ? (episode 44)

Aider les autres est l'une des aspiration que je rencontre très souvent chez mes élèves. Aider les autres, ça veut tout dire et rien dire. Alors pour les aider, je leur pose en général 4 questions qui les font réfléchir. 2'08-3'06 Qui veux tu aider ? 3'06- 6'35...

TROUVER SON stage de seconde en 5 étapes (EPISODE 47)
TROUVER SON stage de seconde en 5 étapes (EPISODE 47)

Faire un stage en seconde est pour moi une belle opportunité, trouver son stage n'est pas simple. Il faut à que tu te sois préparé. Si tu ne trouves pas tu peux aussi faire un SNU ou un stage linguistique, mais pourquoi ne pas essayer de faire une expérience en...

Quel metier quand on veut aider les autres ? (episode 44)
Quel metier quand on veut aider les autres ? (episode 44)

Aider les autres est l'une des aspiration que je rencontre très souvent chez mes élèves. Aider les autres, ça veut tout dire et rien dire. Alors pour les aider, je leur pose en général 4 questions qui les font réfléchir. 2'08-3'06 Qui veux tu aider ? 3'06- 6'35...

Téléchargez mes guides gratuits pour vous aider à accompagner vos enfants

Pour les collégiens

En route pour la seconde

Pour les secondes et les 1ere

Bien choisir ses spécialités

Pour les terminales

Parcours Sup, mode d’emploi

Obtenir le guide des études à l'étranger

Merci pour votre demande.  Je me permets de vous inscrire à ma newsletter aussi.  Cela me permettra de partager des bons conseils et surtout des invitations à mes ateliers gratuits sur l’orientation.

Merci ! Vous allez bientôt recevoir le guide. PENSER A VERIFIER VOS SPAMS ou L'ONGLET PROMOTION dans gmail.

Obtenir le mode d'emploi pour Parcours Sup

Merci pour votre demande.  Je me permets de vous inscrire à ma newsletter aussi.  Cela me permettra de partager des bons conseils et surtout des invitations à mes ateliers gratuits sur l’orientation.

Merci ! Vous allez bientôt recevoir le guide. PENSER A VERIFIER VOS SPAMS ou L'ONGLET PROMOTION dans gmail.

Obtenir le guide pour bien choisir ses spécialités

Merci pour votre demande. Je me permets de vous inscrire à ma newsletter aussi.  Cela me permettra de partager des bons conseils et surtout des invitations à mes ateliers gratuits sur l’orientation.

Merci ! Vous allez bientôt recevoir le guide. PENSER A VERIFIER VOS SPAMS ou L'ONGLET PROMOTION dans gmail.

Obtenir le guide pour la seconde

Merci pour votre demande. Je me permets de vous inscrire à ma newsletter aussi.  Cela me permettra de partager des bons conseils et surtout des invitations à mes ateliers gratuits sur l’orientation.

Merci ! Vous allez bientôt recevoir le guide. PENSER A VERIFIER VOS SPAMS ou L'ONGLET PROMOTION dans gmail.